PT: Choisir le mélange

MENU
LOGIN

Quels sont les facteurs du milieu les plus déterminants?

Plus la durée d’utilisation d’une prairie temporaire est longue, plus la question de l’aptitude du site au ray-grass est importante. Autrement dit, le ray-grass anglais peut-il s’établir et devenir la graminée principale sur la parcelle à ensemencer?
Ce critère départage l’assortiment des mélanges standard en deux groupes de tailles semblables.

En savoir plus : ► aptitude au ray-grass

L’aptitude au ray-grass d’un site peut être résumée ainsi:

Convient bien au ray-grass

  • Conditions douces et ensoleillées jusqu’à 900 m d’altitude, conditions plus rudes et exposées au nord jusqu’à 700 m.
  • Précipitations annuelles d’au moins 1000 mm, bien réparties ; sols frais à humides et perméables.
  • Périodes gélives rares et de courte durée ; déneigement précoce.
  • Approvisionnement suffisant en éléments de base (P et K), apports réguliers et dosés d’azote (surtout purin et lisier).
     

Dans ces conditions, les mélanges de graminées et trèfle blanc (surtout les variantes sans dactyle), très souples d’utilisation, sont privilégiés. L’objectif d’utilisation du fourrage reste alors un critère majeur à déterminer.

Convient moyennement au ray-grass

Cette variante diffère de la précédente principalement par le critère des précipitations:

  • Précipitations annuelles inférieures à 1000 mm, ou mauvaise répartition des pluies, et tendance au dessèchement du sol, ou à la sécheresse estivale.
     

L’impact d’une éventuelle sécheresse doit être réparti en choisissant différents types de mélanges. Ainsi, sur les parcelles les plus perméables et les plus sèches de l'exploitation, vous pouvez choisir les légumineuses à racines profondes et le dactyle qui tolèrent la sécheresse dans les mélanges M, L ou E (selon le type d'utilisation souhaitée du fourrage). En même temps, choisissez des mélanges G ou G* pour les parcelles les mieux approvisionnées en eau.

Inapte à la culture du ray-grass

Cette variante est entièrement opposée à la première, sur presque tous les points :

  • La parcelle est située à une altitude plus élevée, dans des conditions rudes et la neige persiste longtemps.
  • Le site est très exposé à la sécheresse (précipitations annuelles inférieures à 900 mm, longue période sèche en été) ou alors les conditions sont trop humides (plus de 1500 mm) voire marécageuses.
  • Le sol est trop maigre ou alors surfertilisé.
     

Dans les situations correspondantes, il convient de faire un choix dans la palette des mélanges sans ray-grass. Il en existe pour les conditions sèches à très sèches, humides à mouillées, ainsi que pour les zones supérieures aux limites du ray-grass, voire d’altitude très élevée. La durée et le mode d’utilisation, ainsi que l’intensité d’exploitation doivent encore être pris en compte lors du choix.

Autres caractéristiques pertinentes du milieu

La luzerne dans les mélanges L et l’esparsette dans les mélanges E ne se plaisent que sur des sols perméables et non acides. Il est recommandé d’inoculer la semence des mélanges à base de luzerne avec la bonne rhizobactérie si le pH du sol est inférieur à 6.5 ou si la parcelle n’a pas été cultivée avec de la luzerne au cours des cinq dernières années. Des mélanges pré-inoculés sont disponibles dans le commerce.

Conseil pour l’utilisation de semences inoculées

  • Semer les mélanges pré-inoculés aussi vite que possible après l’achat et éviter de les exposer au soleil.

Vers le haut