Prairies temporaires: Types de mélanges

MENU
LOGIN

La composition des mélanges s’appuie sur le «principe de substitution des espèces dans le temps»

Pour atteindre l'objectif d'une proportion stable de légumineuses sur une durée de plusieurs années, Agroscope a développé il y a plusieurs décennies lors de la conception des recettes de mélange un système adapté et l'a appliqué jusqu'à présent de manière conséquente en Suisse - le concept du «principe de substitution des espèces». Cela permet d'élaborer des recettes, qui, si elles sont bien gérées, garantissent une composition botanique optimale sur toute la période d'utilisation.

Le « principe de substitution » en termes concrets

Dans les mélanges de trois ans et plus, les différentes espèces se substituent au cours du temps. En général, les espèces à croissance rapide couvrent rapidement le sol et constituent la majeure partie du rendement. Après le premier hiver, elles s'affaiblissent petit à petit et font la place aux espèces plus pérennes qui se développent lentement. Dans l’idéal, l’assemblage des divers types de plantes assure une bonne couverture du sol sans plantes indésirables et des rendements stables.

Les espèces à croissance rapide comme le ray-grass et le trèfle violet couvrent rapidement le sol après le semis. Le trèfle violet de courte durée assure la proportion souhaitée de légumineuses dans les mélanges du type G et G*. Cependant, comme le trèfle violet de courte durée n'est pas persistant, il est ensuite substitué par le trèfle blanc peu après le premier hiver. Il en va de même pour les graminées : le ray-grass à croissance rapide est suivi par le dactyle, qui, ensemble avec le pâturin des prés, détermine la proportion des graminées dans le couvert végétal.

Si les quantités de trèfle violet et de ray-grass semées sont trop importantes, ces espèces dominent toutes les autres peu après la création de la prairie et suppriment par la suite les espèces à croissance lente comme le pâturin des prés, à tel point qu'elles "étouffent" puis, après une ou deux périodes hivernales, ne peuvent plus occuper l'espace qui leur est destiné.

Dans les mélanges, qui sont composés selon le principe de substitution, les espèces non semées telles que le pâturin commun, le pissenlit et autres ont peu de chances de s’installer, si l’exploitation et la fumure de la prairie sont optimales.  Ce n'est que vers la fin de la période d'utilisation habituelle du type de mélange qu'elles augmentent.

Vers le haut

Particularités

Mélanges sans dactyle
Comme aucune autre graminée ne peut jouer un rôle aussi dominant que le dactyle, le trèfle blanc se développe proportionnellement plus que dans les mélanges avec le dactyle.

Mélanges avec pâturin des prés
Le pâturin de prés se développe particulièrement lentement et peut prendre des années pour s'établir durablement. Cependant, il est capable de rester dans un état de «dormance» et, dès que le ray-grass anglais perd de sa vigueur, il peut prendre sa place. Il est essentiel que le pâturin des prés puisse se développer dans la jeune prairie au point de pouvoir remplacer ultérieurement le ray-grass anglais.

Influence de l’exploitation

La composition botanique des mélanges à base de graminées et de trèfle blanc est influencée de manière décisive par le mode et la fréquence d'utilisation ainsi que par l'intensité de la fertilisation azotée. C'est pourquoi, par exemple, la proportion de trèfle blanc peut augmenter ou diminuer beaucoup plus rapidement que ce qui est indiqué dans le graphique du cas standard.

Pour obtenir plus d’infos à propos de l’influence de l’exploitation sur le développement de la prairie ► Kapitel Kunstwiesen bewirtschaften.

Vers le haut